Claude Monet, Champs de tulipes en Hollande

« Knulp », Hermann Hesse

C’est le troisième livre que je lis d’Hermann Hesse, et encore une fois, je ne suis pas déçue. Pendant ma lecture, j’ai eu un grand sentiment de paix, de douceur et de légèreté semblable à celui que Knulp semble provoquer chez ceux qu’il rencontre. C’est une lecture qui m’a véritablement rendue heureuse, je suis prête à parier que j’ai eu un sourire béat en lisant le livre.

Knulp est composé de trois parties. La première partie, « Printemps », traite du mariage, c’est de celle-là que je vais le plus parler. Knulp est convalescent, il se rend chez un ami tanneur, Rothfuss, pour se faire offrir le gite et le couvert. Son ami lui reproche d’être un vagabond sans feu ni lieu qui refuse de vivre comme tout le monde et préfère mener une vie de parasite, il lui présente sa situation à lui comme étant plus enviable :

Le maître de maison était bavard, il vanta son ménage et son métier. Il taquina son hôte et l’exhorta très sérieusement à abandonner sa vie errante et oisive.

Pour Rothfuss, le bonheur consiste à avoir une activité professionnelle, se marier et faire des enfants. C’est en somme subvenir à ses besoins vitaux, ne pas être seul et se reproduire.

Mais Knulp ne se laisse pas convaincre :

La salle commune était balayée, accueillante et intime avec ses boiseries claires, l’horloge, le miroir et les photographies qui ornaient le mur. Une pièce propre, pensait Knulp, ce n’est pas mal en hiver, mais se marier pour ça, ça n’en vaut pas la peine.

La femme du tanneur aussi compare Knulp à son époux, elle tombe tout de suite sous le charme du nouveau venu qui est bien habillé, prend soin de sa personne en se rasant notamment, qui a de la conversation et des bonnes manières. On apprend plus loin que le métier de tanneur est considéré comme dégradant. Une jeune fille refuse les avances de Knulp qui s’est présenté à elle comme un apprenti tanneur en disant :

Si un jour j’ai un bon ami, ce ne sera pas un tanneur. Je ne veux pas vous offenser mais le métier de tanneur est bien sale.

Cela laisse penser que la femme du tanneur n’est pas satisfaite de son mariage, elle a fait un mariage de raison pour avoir un homme qui prenne soin d’elle. Mais elle est prête à tromper son mari quand elle rencontre un autre homme qui est plus distingué. Elle tente de séduire Knulp en se faisant belle et en lui préparant des petits plats, mais Knulp ne se laisse pas charmer. Ces procédés marchaient avec Rothfuss car il cherchait une personne qui prendrait soin de lui. Knulp n’est pas attiré par le mariage, par conséquent, il n’est pas sensible aux promesses que lui laisse entrevoir la femme de Rothfuss. Il préfère prendre la fuite.

Le mariage ne rend pas heureux, c’est un constat qui est confirmé plus tard quand Knulp rencontre un autre vieil ami, un tailleur qui était passionné par la religion, il se rend compte que ce dernier s’est marié, a eu beaucoup d’enfants et que désormais, il ne s’intéresse plus aux questions religieuses, voire il est irrité quand on essaie de lui en parler. Pire, il se plaint même de ce qui est considéré par la foule comme devant être le bonheur :

Tu entends les enfants qui crient à côté. Il y en a cinq à présent. On a beau s’éreinter au travail jusque tard dans la nuit, on n’est pas plus avancé pour ça.

Il est drôle de constater que ceux qui prônent le bonheur conventionnel comme étant le but à atteindre dans la vie ne sont pas heureux en vérité. Ils ont bradé leur liberté au profit de la sécurité et du confort. Cela n’est pas problématique en soi, ce qui est triste c’est qu’ils sont jaloux des autres, des êtres libres, des vagabonds qui ont décidé de s’écarter du chemin le plus souvent emprunté pour suivre le leur, quitte à mourir seuls. Non seulement ils leur envient leur liberté mais ce qui est pire, ils leur en veulent car ces derniers leur rappellent qu’ils n’ont peut-être pas fait le bon choix.

Knulp, Hermann Hess éd. Livre de Poche

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s