La Servante écarlate

[La Servante écarlate] Le temps des présentations

The Handmaid’s Tale ou La Servante écarlate en français est une adaptation du roman de Margaret Atwood publié en 1985. La série est composée de 4 saisons, je n’ai vu que les deux premières c’est donc de celles-là que je vais parler. La série est une dystopie, c’est-à-dire qu’elle met en scène un monde cauchemardesque dans lequel personne ne voudrait vivre. Une dystopie a pour fonction de servir de contre-modèle à une époque précise et de montrer jusqu’où un peuple pourrait aller s’il poussait ses vices à l’extrême.

La série met en scène la société américaine après qu’elle a subi de nombreuses catastrophes. Le monde connait une chute brutale de la natalité. Un groupe religieux extrémiste a profité des troubles politiques pour prendre le pouvoir par la force aux États Unis et pour en faire une société fermée appelée Gilead. Les règles de vie de ce groupe sont très strictes. C’est une société ultra surveillée où les hommes occupent tout le pouvoir.

Les femmes quant à elles sont divisées en différentes classes. La classe la plus enviable est celle des Épouses, ce sont les femmes des hauts dirigeants qui vivent dans un certain confort. Après les Épouses, il y a les Servantes. Leur fonction est de porter les enfants des Commandants car les Épouses sont souvent stériles. Quand les Servantes sont fécondes, a lieu une cérémonie pendant laquelle les Commandants les violent avec la complicité et la participation des Épouses.

Ces viols reposent sur une lecture de l’Ancien Testament. Dans l’Ancien Testament, Sarah, la femme d’Abraham, est stérile. Or, pour être un patriarche, Abraham doit avoir une descendance. Sarah lui permet donc de coucher avec sa servante Agar afin qu’elle tombe enceinte. Celle-ci mettra au monde Ismaël. C’est en se fondant sur ce récit que les hommes de Gilead ont supposé que l’infertilité venait forcément des femmes. Comme ils considèrent que les enfants sont une bénédiction, ils doivent à tout prix en avoir. Et de fait, la mission des Servantes est de tomber enceintes. Une fois le bébé sevré, elles vont dans un autre foyer pour être violées à nouveau jusqu’à ce qu’elles tombent enceintes et ainsi de suite.

Les Servantes sont considérées comme des femmes de mauvaise vie qui rachètent leurs péchés en accomplissant le devoir suprême des femmes qui est de donner la vie. Notre personnage principal est une Servante, on suit dans chaque épisode ses pérégrinations. On lui a enlevé son enfant, Hannah, qui a été confié à une autre famille.

Après les Servantes, il y a les Martha. Ce sont des femmes impies qui servaient un autre culte. Leur mission est de servir les Épouses et les Servantes.

Outre ces trois catégories, il y a deux catégories plus marginales. Il y a les femmes des Colonies. Ce sont les Servantes qu’on n’a pas pu domestiquer. Leur mission est de travailler sans relâche dans une Colonie pleine de produits chimiques au péril de leur vie. Elles sont mal nourries, vivent dans des conditions vraiment misérables et sont régulièrement battues quand elles ne sont pas assez travailleuses.

La dernière catégorie de femmes vit dans un bordel. Les Commandants, bien qu’ils prêchent la piété et la droiture morale, vont dans les bordels pour se divertir avec les femmes « intellectuelles » qui sont en fait des prostituées. Ils trouvent chez elles ce qu’ils ne trouvent plus chez leurs épouses, c’est-à-dire la séduction, les conversations intellectuelles, etc. Malgré le fait que les femmes du bordel semblent plus libres, elles sont quand même asservies et violées par des hommes.

J’ai trouvé cette série très dure et très pessimiste. Tout le long, on voit que les personnages ont peu de chances de s’en sortir même si quelques fois il y a des tentatives d’évasion. L’une des choses les plus insupportables c’est bien évidemment la violence physique car il y a des viols à répétition et des mutilations. Quand les femmes n’obéissent pas, elles sont mutilées. Il y a eu les yeux crevés, les mains coupées… Et si rien de cela ne marche, elles sont tout simplement tuées. Ce qui m’a le plus perturbée c’était de voir que la vie humaine n’avait plus de valeur. Toutes les valeurs que les gens en général partagent sont marginale dans la série. L’amour qu’il soit parental, fraternel, ou encore romantique, l’amitié, l’intégrité de la personne humaine, tout cela semble être un frein au « bonheur » à Gilead. Finalement, ceux qui trouvent la vie supportable sont ceux qui se résignent et se soumettent au Pouvoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s